. Chronique d'une Soirée à Emporter #2 .

Il y moins d’un an j’ai quitté la flèche d’or épuisée et heureuse. J’y étais allée sans imaginer un centième de seconde que la soirée pourrait être si belle et légère.
J’ai attendue la seconde avec tellement d’impatience que j’ai cru la voir arriver en décembre et puis en mars, que je l’ai fantasmée en y imaginant Mahmoud Ahmed .
Il y a 3 mois encore je ne savais pas qu’elle aurait un goût différent parce que je ne savais pas que je passerais de l’autre coté de la barrière.
Même sans participer à son élaboration, je l’ai investie.

Samedi 31 Mai, 17h45, ils sont trois-quatre à courir dans tous les sens. Il y a de l’inquiétude, de la tension et de l’agacement parfois dans leurs regards, tout ce que ce genre d’événements appelle comme problèmes et comme crainte d’échec.
La barre avait été mise haut l’an dernier. Cette fois la programmation ne m’était pas aussi familière et je me suis demandée si l’on pourrait retrouver cette atmosphère si particulière.

J’avais un peu peur oui.


Je crois que les festivités ont commencé vers 20h30 ou 21h, en douceur, avec Essie Jain .
La configuration était bien différente, cette scène plus distante. Le lieu offrait moins de possibilités pour des mises en scènes surprenantes. J’écoutais « la délicate » en pensant à Fleet Foxes, à leur White winter hymnal, persuadée que ça serait le point d’orgue de cette soirée.
Essie Jaine est sortie sur le quai. Le temps que j’arrive à passer la porte, la chanson était finie et j’ai seulement entendu des gens crier des choses que je ne comprenais pas . Une animation impromptue ? Plus inattendu encore : une manifestation ludique d’une dizaine de parents d’élèves en colère. C’était un peu gonflé et drôle cette action absurde qui s’invitait là .

Image Hosted by ImageShack.us

Manif, Photo Fred 2 Baro

On est rentrés dans la salle . Fleet Foxes était la quelque part . Du fond de la salle je ne voyais pas les visages . Et un White winter hymnal magique et acoustique est monté depuis la fosse . Le temps de fendre la foule, chanter et palpiter un peu . L’instant est trop court pour que ça prenne. Un peu de frustration . Suivent quelques magnifiques titres, ils sont un sens aigu de l’harmonie, de la mélodie. Les barbus assurent mais je ne sens pas encore dans l’atmosphère ce petit déclic .

Image Hosted by ImageShack.us

Fleet Foxes, Photo Entro_py

Je crois que c’est après ça que Vandaveer a été encerclé par nous tous sur le quai .C’était la surprise, il arrivait tout juste de la flèche d’or , épatant et content . Accompagné de sa (soi-disant) sœur Rose : le regard malicieux, le pied qui tape . Ils sont dans une ronde à deux, séduisants.
Cet instant aussi est court, deux ou trois chansons avant que la sécurité du Point FMR ne nous coupe dans notre élan, des histoires de voisinages qu’il faut respecter alors qu’avec leur guitare et leurs voix, on ne les entendait pas au-delà du troisième rang . C’était un peu confus et ils ont fait un autre titre à l’intérieur avant que Noah & The Whale n’entre en scène .

Image Hosted by ImageShack.us

Vandaveer, photo Entro_py

Le Violoniste est arrivé d’en haut . On avait tous le nez levé vers lui, content d’avoir à regarder ailleurs. J’ai un peu sursauté quand le groupe a pris le relais depuis la scène. Je l’avais presque oublié, concentrée sur le violon.

A ce petit sursaut là, j’ai bien senti qu’on y était . Le déclic .
On y était, et ça n’est plus retombé. L’atmosphère avait changé. Je me répétais que ça avait enfin vraiment pris .
J’avais un sourire béat, je tapais du pied, dans mes mains, j’avais chaud . J’ai regardé les gens souvent pour les voir sourire . Moon jetait son bras en l’air . J’ai vu Furax là au milieu de la fosse, un peu déchaîné, et mes amis, contents. Il parait que Noah & the Whale a dit que c’était le meilleur concert qu’ils aient donné. Les instants partagés.

Image Hosted by ImageShack.us

Noah & The Whale, photos Sounds of Violence


J’étais sceptique pour les Dodos . Bête que j’étais, à les confondre avec d’autres Dodoz .
Alors la surprise était d’autant plus grande. On entendait un peu mal la voix de Meric Long mais ça tapait sacrement. Çà envoyait et j’ai adoré ce duo génial et inattendu.
Je ne regardais plus ma montre et je n’avais pas vu que la fin de la soirée guettait, précipitée par le Point FMR qui a décidé de nous fermer ses portes deux heures plus tôt que prévu, laissant sur le carreau la deuxième surprise de la soirée : des Ruby Suns venus pour rien.

Image Hosted by ImageShack.us

The Dodos, photo Entro_py

J’ai bien senti que le dimanche serait triste, à regarder quelques photos floues pour essayer de me souvenir mieux . De la nostalgie avec un peu de fierté et de la satisfaction.
Et la certitude que personne n’avait quitté cette salle déçu et que la prochaine serait tout aussi grandiose .

Commentaires

steffán walter a dit…
Il est joli, ton compte rendu...
Juste un petit truc : tu n'as pas trouvé que le violon de Noah and The Whale était un poil trop présent ? Quant aux Dodos, précipite-toi sur l'album, ça vaut le coup...
dali a dit…
Merci :)
Mmmh je n'ai pas souvenir de ce violon là
mais je sais pas si je suis vraiment objective .
Pour les dodos, c'est déjà fait ;) je répare vite mes erreurs
j'y étais et j'y suis retourné grâce à ce billet, merci.

j'ai fait pas mal de vidéo dont celle -ci de la manif : http://seesmic.com/v/98lw8izki3

Merci pour ce billet je n'arrive pas à écrire le mien j'aurai l'impression de cloturer l'histoire. comme le 31 Juillet c'était beau et surprenant. je me souviendrait des finales des soirées à emporter... Beirut et les kocani et là les dodos .. c'était beau.. c'était bon . Merci !

Articles les plus consultés